• pierre-yves cossé

Expo "Juifs d’Orient" @IMA


Emmanuel et Jack ouvrent l’exposition


Juifs d’Orient: une histoire plurimillénaire.


Jack Lang, l’homme aux paillettes, ne manque ni d’habileté ni de courage. Il est parvenu à programmer à l’INA trois expositions consacrées aux religions monothéistes. Sagement, il a commencé par le Hadj le pèlerinage à la Mecque (2014) puis Chrétiens d’Orient (2017)

Il termine par Juifs d’Orient, au risque de fâcher quelques membres de son conseil d’administration, des représentants des états arabes qui subventionnent une institution aux finances fragiles. Quelques intellectuels arabes lui reprochent d’avoir demandé à des organismes israéliens de contribuer à l’exposition.


B Stora, le concepteur et le réalisateur de l’exposition


L’exposition est un succès, dû pour une large part à l’historien Benjamin Stora, juif né à Constantine. Les efforts pour dépassionner le débat sont incontestables, sans qu’une autocensure soit apparente. Le temps long de l’histoire, plus de vingt siècles, est facteur d’apaisement. Le livret du visiteur, fort bien fait, est la source principale de cet écrit.


Moïse, une référence commune


Avant l'Islam.

Dès la période hellénistique, des colonies sont déjà présentes dans tout le pourtour méditerranéen. Après la destruction du Second Temple, la diaspora juive se développe. Les Juifs quittent Jérusalem pour s’installer durablement dans de nouvelles contrées, emportant avec eux leur rouleau de Torah. En Babylonie, Syrie et Egypte, les foyers juifs sont importants, comme l’indiquent les restes de synagogues, dont certaines sont décorées de fresques (Doura Europos/ 245après JC) et de mosaïques . Ces Juifs parlent plusieurs langues (araméen, grec) En Arabie, des oasis sont totalement ou partiellement habitées par des communautés juives. Intégrées au monde tribal, elles parlent arabe.

La Cohabitation commence mal.


Mohammed fuyant La Mecque, s’installe à Médine (622) où vivent trois tribus juives. Mohammed débat théologie, la croyance commune en un Dieu unique et créateur et l’existence de rites comparables lui font croire qu’il sera reconnu comme prophète dans la continuité de Jésus. Les relations se tendent, Mohammed s’affirme comme un chef politique. Une tribu sera bannie, une autre quittera Médine et la troisième périra à la suite de la bataille de Khaybar (628), tous les hommes sont exécutés.


·Pour M. Bar-Asher, auteur des « Juifs dans le Coran » le Coran est ambigu. D’un côté, il revendique un attachement sans failles à la Torah, aux Prophètes et à leurs paroles en tant que révélations divines. D’un autre côté, il met en doute l’authenticité des Ecritures des Juifs de son temps. Il les accuse de les avoir falsifiées, en particulier les passages censés annoncer l’avènement de Mohammed et de l’Islam, supérieur à toutes les religions antérieures. L’alliance de Dieu avec le peuple d’Israël et Moïse est évoquée, mais les Hébreux sont des « fils indociles et rebelles » , des transgresseurs de l’Alliance, des adorateurs du Veau d’or. Ils ont tué les prophètes qui leur ont été envoyés, Zacharie, Jésus. Dans les récits bibliques transposés , la Genèse occupe une place importante. Des épisodes bibliques sont relatés et ses héros sont présents : Adam, Noé, Loth, Abraham et ses fils, jacob, Joseph. David est prophète et roi, terrasse Goliath. Les ressemblances entre pratiques religieuses sont multiples : prières à heures fixes, jeûne, aumône, talion, interdits alimentaires (ils sont beaucoup plus stricts chez les Juifs qui sont punis par Dieu à cause de leurs péchés) La volonté de se démarquer est néanmoins manifeste ; un exemple est le changement d’orientation de la prière vers La Mecque plutôt que vers Jérusalem.


La cohabitation sera souvent féconde au Moyen Age


Les Juifs vivent sous le statut de dhimmi, qui leur confère une position d’infériorité et de vulnérabilité tout en leur garantissant une protection juridique ainsi qu’une relative autonomie administrative et religieuse. Le statut est interprété différemment selon les souverains. Les épisodes violents (sous les Almohades) ne sont pas exceptionnels.


Cette fécondité se manifeste :


à Bagdad, sous l’influence d’un illustre rabbin ;


… en Egypte, qui sous le règne des Fatimides (10 è/12è siècle) s’affirme comme le centre du monde juif oriental. Dans une pièce de la synagogue du vieux Caire, la Genizah, sont déposés plus de 380 000 feuillets pendant près de neuf siècles. Au 19 è siècle, ils ont été étudiés par un universitaire de Cambridge. L’histoire des juifs en terre d’Islam repose principalement sur ce trésor. Le plus grand penseur juif du monde médiéval, Maimonide (1138/1204) , un exilé, s’établit en Egypte et est l’auteur de trois ouvrages qui se diffusent largement en terres d’Islam et en Occident chrétien.


…en péninsule ibérique, à partir du X è siècle. L’élite juive fait d’Al-Andalous (Sefarad en hébreu) un centre de culture, avec le soutien de vizirs. Maîtrisant l’arabe, elle est l’intermédiaire de choix entre chrétiens et musulmans.


Bible enluminée de Catalogne sur vélin


Les Séfarades émigrent après leur expulsion par les Rois très Catholiques (1492) :


Vers le Maroc, où vivaient déjà des juifs d’origine berbère. Les Juifs sont l’unique minorité- non musulmane depuis la disparition des populations chrétiennes. Une nouvelle culture judéo-arabe apparait.


Vers l’Empire ottoman (Salonique, Constantinople, Palestine, Egypte)

Les Juifs se regroupent par communauté d’origine. Certains séfarades deviennent proches du pouvoir et exercent des activités économiques profitables (industrie drapière, commerce international) Des échanges intellectuels se développent entre juifs d’Europe et Juifs du monde musulman (Salonique)


Rouleau de la torah

Le Temps de l’Europe


La mainmise de l’Europe sur une partie du monde arabe a un impact sur les communautés juives du monde arabo-musulman. Un basculement s’opère en faveur de la culture européenne. Le français, l’italien se diffusent. Les puissances coloniales exportent des modes de pensée issus de l’esprit des Lumières. Les idées d’égalité entre les citoyens ont des conséquences sur les relations entre Juifs et musulmans. Le statut de dhimmi est aboli dans l’empire ottoman. L’Alliance israélite universelle (1860) lutte contre toute discrimination subie par les Juifs et ouvre des écoles, où le Français est enseigné.


Delacroix, les Femmes d’Alger dans leur appartement sont juives


Les Orientalistes peignent hommes et femmes juives (Delacroix) moins réticents aux portraits et plus accessibles en raison des liens entretenus avec l’Europe. Les femmes peuvent apparaitre comme des héroïnes bibliques.


Des personnalités juives, telles Adolphe Crémieux en France, œuvrent pour sortir les Juifs de l’indigénat. Les deux communautés s’éloignent et vont s’opposer. De plus en plus de Juifs, issus des classes sociales aisées se sécularisent, même si les communautés continuent à vivre dans un espace culturel et linguistique arabe.

Adolphe Crémieux Le ministre du décret qui donne la nationalité française aux juifs d’Algérie (1870 )


A Crémieux, le Ministre du décret


Les Juifs devaient se déclarer et certains portaient des noms arabes. L’officier français ne pouvait leur demander de baisser leur pantalon, puisque les Musulmans sont également circoncis. C’est le rabbin, consulté, qui identifiait et indirectement donnait la nationalité française.


Lorsque l’antisémitisme se développa en Europe entre les deux Guerres, survinrent des émeutes anti-juives en Algérie, notamment à Constantine , en Aout 1934, auxquelles des musulmans participèrent.


Dès 1880, portées par l’idée d’un retour à Sion, des populations juives, fuyant les pogroms de l’Europe de l’Est s’installent en Palestine. Sous le mandat britannique, les tensions entre les communauté juives et musulmanes s’avivent. Elles s’accroissent avec l’arrivée massive des Juifs fuyant le nazisme et la création de l’Etat d’Israël en 1948


Le Temps des Exils


Le plan de partage de la Palestine (1947) suscite l’intervention des armées de pays arabes qui sont défaites. Sept-cent mille palestiniens fuient dans les pays voisins et le droit au retour leur est refusé.

La crise palestinienne est ouverte et subsiste. D’un point de vue musulman, cette situation est intolérable sur le plan politique mais aussi religieux. Les Juifs étaient censés rester dans une condition d’infériorité à l’ombre de L’Islam.

La population juive, qui s’élevait en 1945 à près d’un million de personnes, quitte les pays arabo-musulmans, où on n’en compte plus que quelque 30 000 répartis entre la Turquie, le Maroc et l’Iran.

Les souvenirs sensoriels, la langue, les traditions demeurent dans la mémoire juive. Dans le monde arabe, les musulmans évoquent parfois les coutumes qui rythmaient la cohabitation quotidienne. Les exilés conservent précieusement bijoux, poteries, robes ou gilets, qui leur rappellent le passé et sont exposés.


Bijoux judéo-berbères (Maroc, Kabylie)

Un caftan ottoman

Ces souvenirs, beaucoup de juifs parisiens, jeunes et moins jeunes, viennent à l’IMA les stimuler.



Histoire dessinée des Juifs d'Algérie


Un complément à l’exposition est la bande dessinée de Benjamin Stora et de Nicolas le Scanff, instructive et distrayante. Le dessinateur a fait un gros travail de recherche pour reconstituer lieux naturels, villes et costumes. Même si vous croyez connaitre l’histoire de l’Algérie, l’excellent historien, originaire d’une famille juive de Constantine qui a choisi en 1962 le retour à la « mère-patrie », vous apprendra beaucoup, par exemple sur les Juifs d’origine berbère et l’histoire de la Kahina ou sur la minorité juive qui, en 1954, prit le parti de l’indépendance et fut laminée entre le FLN islamique et les forces de l’ordre répressives. Ils étaient souvent membres du Parti Communiste Algérien ( Henri Aleg, aspirant Maillot…)


Sur la page de garde, la famille Stora en1914. Les tenues sont soit turques (de cérémonie) soit arabes, soit européennes. Les Juifs de Constantine sont en voie d’européanisation.



Pierre- Yves Cossé


29 décembre 2021

490 vues

Posts récents

Voir tout